Comment soigner le mildiou de la tomate ?

Le mildiou est une maladie fongique bien connue que les jardiniers craignent à juste titre.

De la pluie, puis une certaine fraîcheur s’ensuit et vous avez la désagréable surprise que des taches suspectes apparaissent sur vos plants de tomates ou de pommes de terre…

Lire également : Comment avoir une pelouse parfaite ?

Au point que cela est devenu inévitable pour beaucoup.

C’est ça, ton cas ?

A voir aussi : Comment poser un Brise-vue plus haut que le grillage ?

Savez-vous déjà qu’il existe des mesures préventives naturelles et efficaces (bien qu’aucune ne soit infaillible).

Nous verrons donc ci-dessous comment vous pouvez prévenir le mildiou et même y réagir.

Mais maintenant, nous essayons de mieux comprendre cette maladie.

Qu’est-ce que le mildiou ?

Le faux oïdium est donc une maladie fongique, ce qui signifie qu’il est causé par un champignon microscopique (Phytophtora infestans contre le mildiou sur les tomates ou les pommes de terre, Peronospora parasitica dans les légumes crucifères ou Plasmopara viticola). pour ne citer que les formes les plus courantes de mildiou).

Grave attaque de mildiou sur un plant de tomate Au début, le mildiou se manifeste par des taches brunâtres avec un contour vert clair et un aspect huileux sur la face supérieure des feuilles. Sur la face inférieure, vous pouvez voir un feutrage blanchâtre.

Ces taches noircissent rapidement et le feuillage se dessèche complètement en quelques jours.

Cependant, le mildiou est une maladie qui touche non seulement les feuilles de tomate…

En effet, des taches concentriques brunâtres peuvent apparaître sur les tiges et provoquer rapidement le brunissement des grappes terminales qui s’enroulent et meurent.

Après tout, les fruits pourrissent, surtout sur les tomates…

Si la plante est complètement affectée, elle sèche complètement et meurt en quelques jours.

Les conditions du développement du champignon responsable de la maladie

maladie Le champignon responsable de l’hivernage du mildiou dans le sol et ses germes sont transmis par l’air à une humidité élevée et à des températures moyennes (la maladie ne se développe plus lorsque les températures sont supérieures à 26-28° C).

prévention du mildiou

Protection contre la pluie

Le moyen le plus efficace de se protéger contre le mildiou est de protéger les plantes de la pluie.

Qu’il s’agisse d’un simple auvent transparent, d’une couverture spéciale pour tomates ou, plus simplement, d’une serre (couverture en plastique ou en verre), le simple fait de cultiver sous abri limite considérablement les risques, à condition de ventiler suffisamment la serre, sinon l’humidité élevée peut être causée par une mauvaise ventilation est créé. Le ralentissement du séchage des plantes peut également provoquer le mildiou (ou d’autres maladies fongiques).

Afin de sécuriser la production, je développe aujourd’hui une quinzaine de plants de tomates sous serre… le reste est à l’extérieur, selon les aléas climatiques.

Choisir des variétés plus résistantes au mildiou

Des hybrides ont été développés pour une meilleure résistance au mildiou.

Aujourd’hui, nous pouvons également trouver des plantes qui ont été greffées à cette fin (mais si vous ne vous repiquez pas vous-même, ce ne sera pas bon marché)…

Mais si, comme moi, seules les vieilles variétés trouvent grâce à vos yeux, sachez que certaines variétés résistent mieux.

J’ai pu constater chez moi que les tomates Saint-Pierre, la rose de Berne ou le Jubilé d’or étaient moins facilement touchés que le cœur de bœuf ou le noir de Crimée, par exemple. J’ai également constaté que certains d’entre eux (en particulier le Jubilé d’or) continuaient à produire des fruits sains sans aucun problème malgré la présence de la maladie.

Je tiens à préciser qu’une variété peut mieux résister certaines conditions, mais pas nécessairement dans d’autres.

La meilleure approche possible est donc de tester différentes variétés (une pratique qui s’applique à tout ce qui concerne l’horticulture naturelle) au fil des ans et de tirer ses propres conclusions…

Ne pas recadrer

Les coupes sont des passerelles vers le mildiou et d’autres maladies fongiques.

La non-circoncision limite donc les risques. Mais il est important de donner plus d’espace aux plantes pour permettre une ventilation adéquate.

Traitement pour la prévention du mildiou

Les différents traitements existants ne guérissent pas le mildiou. Cependant, ils sont utilisés à titre préventif avant le début de la maladie, mais aussi si elle est présente, et pour empêcher qu’elle ne se propage à l’ensemble de la plante.

Mélange bordelais ou autres produits à base de cuivre

Les produits à base de cuivre sont souvent utilisés pendant longtemps pour prévenir le mildiou prévenir.

Je voudrais faire 3 commentaires :

  • Les dernières souches de champignons ont un effet plus virulent et le blend bordelais n’est plus toujours efficace (d’où la commercialisation de produits de traitement chimique de plus en plus toxiques).
  • Le cuivre est phytotoxique et endommage particulièrement la fleur (lire les conseils d’emballage de la bouillie bordelaise).
  • Le cuivre s’accumule dans le sol, ce qui a un impact significatif sur la vie du sol et en particulier sur les populations de vers de terre.

Pour ces raisons, je refuse d’utiliser du cuivre dans le jardin depuis plusieurs années.

poudre à pâte

Le bicarbonate de soude est une alternative intéressante au mix bordelais pour protéger vos plantes du mildiou :

  • Versez 1 cuillère à café de bicarbonate de soude dans 1 litre d’eau.
  • Ajoutez 1 cuillère à café de savon noir (ou de Marseille).
  • Une fois que vous avez planté, vaporisez le mélange sur le plante entière.
  • Répétez une fois par semaine pendant deux mois et après chaque pluie.

Cependant, gardez à l’esprit que le bicarbonate de soude, comme le mélange bordelais, endommage la fleur. Il est donc conseillé de traiter la fleur à l’extérieur ou de s’assurer pendant la floraison que les fleurs ne sont pas atteintes en pleine floraison (traiter sous la dernière floraison).

bouse de prêle

Les traitements répétés au fumier de prêle (voir ici) ont une certaine efficacité pour prévenir le mildiou…

Bouse de consoude et bouse d’ortie

De même, l’arrosage au fumier de consoude ou même au fumier d’ortie renforce les défenses naturelles des plantes, les rendant plus résistantes aux maladies et en particulier au mildiou.

Élimine les pièces touchées par le mildiou

Retirez le feuillage et les branches affectés (évidemment, si cela n’affecte pas la plante entière…). Cela empêche la propagation immédiate.

Vous pouvez ajouter des feuilles malades au compost. L’élévation de température de ce dernier détruit les germes du champignon. Certains pensent qu’un tel compost aurait même des propriétés protectrices contre le mildiou…

Le lait

Le lait demi-écrémé ou entier (mais ce dernier a une odeur désagréable) peut également être utilisé comme traitement antifongique.

Il est utilisé plus souvent contre l’oïdium, mais certains témoignent de son efficacité contre l’oïdium également.

Mélangez 1 volume de lait pour 9 volumes d’eau et vaporisez rapidement sur toute la plante.

Ce traitement aurait également une certaine efficacité dans le…

décoction d’ail

L’ail a des propriétés fongicides.

Nous pouvons donc l’utiliser sous forme de décoction pour protéger nos plantes du mildiou.

Tu ne grandis pas au même endroit ?

Si tu es ont souffert du mildiou, il vaut mieux ne pas cultiver de tomates au même endroit pendant au moins 5 ans… au moins cela est généralement recommandé…

Mais il faut savoir que le champignon responsable du mildiou ne survit pas aux gelées.

Si vous ne vivez pas dans une région où il ne gèle jamais, vous pouvez à nouveau faire pousser des tomates entièrement au même endroit.

Les vignerons (enfin, ceux qui ne traitent pas systématiquement et complètement la bouillie bordelaise ou pire encore…) le savent très bien : ce n’est pas parce que le mildiou fait rage violemment pendant un an que cela se produira l’année suivante… Cependant, les vignes restent au même endroit. Ce sont donc les conditions climatiques de la fin du printemps et du début du printemps qui provoqueront l’apparition de cette maladie fongique, et non la présence de germes fongiques dans le sol.

De même, il est généralement recommandé que les résidus de Ne pas ajouter de plantes (ou de fruits) affectés par le mildiou au compost… Une forte hausse de température (c’est le cas avec un compost bien géré…) permet également d’éliminer les germes du champignon…

Sur la base de ce principe, n’hésitez pas à pratiquer le compostage de surface sur des plates-bandes touchées par le mildiou… Ceci est destiné à détruire les germes du champignon.

réaction au mildiou

oïdium de la pomme de terre

Plants de pommes de terre légèrement affectés par le mildiou Mes pommes de terre ont donc été gravement touchées par le mildiou fin juin (2016)…

Ma première réaction (après la dévastation) a donc été d’éliminer les parties touchées… et dans ce cas, je fauche donc tout.

Puis j’ai tout de suite récolté les plantes les plus touchées (avant que la maladie ne se propage aux tubercules), avec une belle surprise : très belle récolte ! Il faut dire que les plantes étaient très bien développées, avec l’inconvénient que la pelure est encore très fine… donc ces pommes de terre ne dureront pas très longtemps.

Je prends donc le risque d’en laisser une partie dans le sol (les plantes les moins touchées), mais après avoir également tondu le feuillage… alors je ferais quelques traitements de prêle au sol… en espérant que les pommes de terre ne seront pas contaminées.

mildiou de tomate

Notez qu’il est possible d’arrêter la propagation du mildiou si les plants de tomates ne sont pas complètement affectés et que les conditions météorologiques le permettent.

Plant de tomate après l’enlèvement des feuilles affectées par le mildiou Dans ce cas, chez moi, les températures ont rapidement dépassé les 30° C (ce qui, comme nous l’avons vu plus haut, empêche la maladie de se développer).

Après avoir enlevé les parties touchées (feuilles et quelques branches*), j’ai rapidement effectué un traitement à la levure chimique puis un traitement combiné de fumier d’ortie et de fumier de consoude. Je vais renouveler ces traitements environ tous les 5 jours…

*Si je ne taille pas mes plants de tomates, je peux trouver des germes sains dans la plupart des plantes…

Nous allons voir à quoi cela ressemblera…

Et chez toi ? Est-ce que tout va bien… ou pas ?

Le mildiou a-t-il affecté vos tomates ou vos pommes de terre ?

En plus de cet article, je vous recommande vivement de lire la « méthode anti-moisissure » présentée par Nicolas Larchillière pour mettre toutes les chances de réussite de vos cultures de tomates de votre côté.